Retour accueil

Compte-rendu de la CAPD du 7 février

jeudi 7 février 2019

A l’ordre du jour de cette CAPD étaient inscrits les départs en formation DDEEAS, la liste d’aptitude à la direction et les promotions d’échelons.

A l’ordre du jour de cette CAPD étaient inscrits les départs en formation DDEEAS.
En 2018/2019, nous avions 17 postes vacants sur ces directions. A la prochaine rentrée, ce sont encore 15 postes qui seront vacants et 2 susceptibles de l’être. Nous pensions donc naïvement que l’Inspecteur d’Académie laisserait partir en formation les 7 candidats. Hélas, seuls 3 candidats vont pouvoir bénéficier de ce stage, faute de budget !

Ensuite, la liste d’aptitude aux fonctions de directrice et directeur a été présentée. 142 collègues ont candidaté cette année, parmi lesquels 55 faisant fonction. 85 collègues ont passé l’entretien et 90,8 % d’entre-eux ont été admis.
Le SNUipp-FSU est reconnaissant envers ces collègues qui acceptent ce lourd engagement et les soutiendra. 8 collègues n’ont hélas pas été retenus.

Enfin, nous avons étudié les avancements des collègues au 6è et 8è échelons. Les promotions à l’ancienneté ont été actées au 15 janvier pour apparaître sur la fiche de paye de février. Ont été promus à l ’ancienneté 3154 PE classe normale, 454 PE Hors-classe et 75 PE classe ex.
125 collègues ont bénéficié d’une accélération de passage au 7è échelon, 191 au 9è échelon, en respectant les règles de parité.
Pour le SNUipp-FSU, tous les collègues ayant une carrière complète devraient bénéficier d’un avancement à un rythme unique, permettant à chacun d’atteindre le dernier échelon de la Hors-classe lors du départ à la retraite.

- DECLARATION LIMINAIRE DU SNUipp-FSU Nord
CAPD du 7 février 2019

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
Mesdames et Messieurs les membres de la CAPD,

Cette CAPD a pour objet l’examen des candidatures aux stages DDEEAS, les résultats des commissions d’entretien pour être inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de directeurs ou directrices d’école et l’avancement de nos collègues aux 6e et 8è échelons.
Néanmoins, avant d’aborder les points à l’ordre du jour, le SNUipp-FSU Nord souhaite évoquer La « Loi Blanquer ». Lors de cette semaine dense de débats en commission à l’Assemblée Nationale, la Loi de « l’Ecole de la confiance » montre surtout comment le Ministre cherche à imposer des changements importants dans l’organisation de l’Ecole française. Une Loi qui avait essentiellement pour but d’abaisser l’âge de la scolarisation obligatoire à 3 ans est devenue en quelques mois un véritable fourre-tout législatif au service de l’ambition et du projet d’un homme devenu Ministre de l’Éducation nationale. Dans son article 1, la liberté d’expression de tous nos collègues est sur la sellette. Son article 6, au détour d’un amendement déposé par les députés marcheurs, à notre grande surprise, prévoit la création des « établissements des savoirs fondamentaux ». Pour le SNUipp-FSU, il est impossible de rompre le lien de proximité et de confiance entre la direction d’école, les familles et les équipes enseignantes. Son article 9, quant-à-lui, prévoit la fin de l’évaluation indépendante de la politique éducative en supprimant le CNESCO (Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire) et en le remplaçant par le CEE (Conseil d’Evaluation de l’Ecole) piloté par le Ministère… A son arrivée, le Ministre disait ne pas vouloir d’une Loi qui l’inscrirait dans la lignée de nombre de ses prédécesseurs. Avec cette Loi il signe manifestement la mainmise autoritaire du Ministre de l’Éducation nationale sur l’Ecole. Elle doit encore être débattue et votée par le Parlement. Pour le SNUipp-FSU, c’est une véritable Loi de l’Ecole de la défiance qui pourrait s’installer ainsi, apportant des modifications profondes, une plus grande verticalité, de nature à s’imposer et à en imposer à tous les personnels des écoles.
Pour en revenir au sujet de notre CAPD, ce sont 132 collègues qui ont été retenus pour figurer sur la liste d’aptitude aux fonctions de directeur, directrice d’école. Etant donné les difficultés de ces postes, on ne peut que louer la volonté de ces collègues de servir l’Ecole Publique. Merci à vous Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Mesdames Messieurs les IEN d’être dans la bienveillance avec ces futurs directeurs et directrices. Être PE en charge d’une direction d’école n’est pas une sinécure, c’est un véritable sacerdoce. Au quotidien il faut animer l’équipe éducative, gérer les relations avec les personnels municipaux, les collectivités territoriales, l’Administration, les parents … mettre en œuvre toutes les directives de l’IEN, les vôtres Monsieur l’Inspecteur d’Académie, assurer la sécurité de l’Ecole, assurer le suivi des PPRE, des dossiers GEVASCO, impulser le projet de réseau, le projet d’Ecole, aider le fonctionnaire stagiaire quand il y en a dans l’école et lire la messagerie électronique, sans parler des parcours divers et variés (parcours langue, parcours santé …). Nous sommes certains que vous aurez pointé des oublis, merci de nous en excuser !
Le second point à l’ordre du jour est le départ en formation DDEEAS. La SEGPA est une structure efficace qui a fait ses preuves depuis longtemps dans le traitement de la grande difficulté scolaire. Si les textes permettent de développer l’inclusion, ils rappellent clairement que « la SEGPA doit avoir une taille minimale de quatre divisions (de la sixième à la troisième) pour permettre aux élèves d’accomplir un cursus complet dans un même collège ». La SEGPA n’est donc pas un dispositif et chaque niveau (6è/5è/4è/3è) doit exister réellement dans chaque SEGPA. Il n’y a donc pas lieu d’imposer d’inclusions massives qui gommeraient complètement la 6ème SEGPA. L’inclusion ne se décrète pas ; elle se construit et tient compte des besoins des élèves. Quoiqu’il en soit, l’inclusion relève d’une volonté de l’équipe enseignante, PE, PLP et PLC. Elle nécessite la prise en compte du temps de concertation sur le temps de service. Il est donc possible de prévoir des inclusions mais pas de créer des 6èmes inclusives où tous les élèves pré-orientés SEGPA seraient inclus dans des classes de 6èmes dite "ordinaires". La 6ème SEGPA n’est pas un dispositif, elle doit rester une classe.
De nombreuses SEGPA ont comme directeur/directrice des faisant fonction. Le SNUipp-FSU Nord souhaite que tous les collègues qui ont émis le vœu de partir en formation puissent le faire.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 9


SNUipp-FSU Nord - Bourse du Travail - 276 Boulevard de l’Usine - 59000 LILLE

03 20 51 29 80 - 03 20 51 32 01 - snu59@snuipp.fr

Suivez nous sur Facebook : SNUipp-FSU Nord
et sur Twitter : SNUIPPFSU59